• Un article de Jean-Claude ROLLAND sur la reconstitution de texte. Ce type d'activité est un peu tombé en désuétude mais est terriblement efficace même au cycle 2.

    La reconstitution de texte

     

    Voir ici aussi : 

    Cf. http://manuelsanciens.blogspot.com/2013/10/barbe-monteil-reconstitution-de-textes_15.html

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    7 commentaires
  • Voici quelques textes utilisables pour les reconstitutions de texte au CE1:

    Voir aussi ici pour d'autres textes ; 

    Cf. http://manuelsanciens.blogspot.com/2013/10/barbe-monteil-reconstitution-de-textes_15.html

     

    Rêverie devant la mer

    Ils restèrent longtemps assis sur l’embarcadère à regarder la mer, presque sans parler. Le vent passait sur la mer en soulevant des gouttes d’embrun qui piquaient leur visage. C’était comme d’être assis à la proue d’un bateau, au large. On n’entendait rien d’autre que le bruit des vagues et le sifflement allongé du vent.

    J.M.G. Le Clézio

     

    Tempête

    Dehors, la tempête s’était levée ; le vent d’ouest gémissait dans la cheminée. On l’entendait rôder dans les couloirs, comme un grand chien inquiet qui pleure. Parfois un souffle fort, un souffle de chien perdu qui cherche, qui flaire sous les seuils, passait sous la porte.

    Maxence Van der MEERSCH

     

    Coucher de soleil

    Le ciel était rose, la mer tranquille et la brise endormie. Pas une ride ne plissait la surface immobile de l'océan sur lequel le soleil, à son coucher, versait sa lumière d'or. Bleuâtre vers les côtes seulement, partout ailleurs la mer était rouge et plus enflammée encore au fond de l'horizon.

    Gustave Flaubert.

     

    Arrivée du printemps

    La belle saison approchait avec ses soupirs tièdes, ses averses coléreuses, ses ruisseaux gonflés, ses chemins boueux et ses bourgeons gluants. Une brume de feuillage adoucissait la courbe des collines.

    Henri Troyat

     

    Pluie d'automne

    La pluie froide et tranquille, qui tombe lentement du ciel gris, frappe mes vitres à petits coups comme pour m'appeler; elle ne fait qu'un bruit léger et pourtant la chute de chaque goutte retentit tristement dans mon coeur.

    Anatole France

    Vent de sable

    L'ouragan, comme une muraille jaune et démesurée, nous touchait. Il arrivait, ce mur, avec une rapidité d'un train lancé, et, soudain, il nous enveloppa dans un tourbillon furieux de sable et de vent, dans une tempête de terre brûlante, aveuglante et suffocante. On ne voyait plus à deux pas. On respirait du sable, on buvait du sable, on mangeait du sable.

    Guy de Maupassant

     

    Les plaintes du renard

    Ma vie est monotone. Je chasse les poules, les hommes me chassent. Toutes se ressemblent, et tous les hommes se ressemblent. Je m'ennuie donc un peu. Mais, si tu m'apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Je connaîtrai un bruit de pas qui sera différent de tous les autres. Les autres pas me font rentrer sous terre. Le tien m'appellera hors du terrier, comme une musique.

     

    Et puis regarde! Tu vois là-bas, les champs de blé? Je ne mange pas de pain. Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c'est triste! Mais tu as des cheveux couleur d'or. Alors ce sera merveilleux quand tu m'auras apprivoisé! Le blé qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j'aimerai le bruit du vent dans le blé...

    Saint Exupéry

     

    La nature

    La nature est un vaste atelier où l’on ne chôme jamais. Regarde cette fleur: elle est un parfum pour toi; pour moi elle est un travail. Elle produit une petite graine noire qui travaillera à son tour, le printemps prochain. Les feuilles soupirent, les fleurs se hâtent, le blé pousse sans relâche; toutes les plantes, toutes les herbes se disputent à qui grandira le plus vite.

    Emile Zola

     

     

    LA FUITE DU LIÈVRE

    (Le lièvre est poursuivi par une meute de chiens.)

    Le lièvre aux oreilles noires fuyait à toute vitesse, droit devant soi. Il traversait des prés, des sillons; franchissait des murs des barrières, trouait des haies épineuses qui le déchiraient cruellement.
    Il fuyait, les oreilles collées sur le dos.

    Ernest PEROCHON

     

    BELLE JOURNEE

    Le lendemain fut une journée bleue, une de ces journées où le ciel éclatant jette un peu de sa couleur claire sur la terre. Le jeune foin, le blé en herbe, étaient d'un vert infiniment tendre, émouvant, et même le bois sombre semblait se teinter un peu d'azur.

    Louis HEMON

     

    PEUR D’ENFANT

    Ma chambre était au bout du grand couloir et, quand il m’ arrivait de m’éveiller la nuit, cette maison si vaste autour de moi, isolée dans la campagne, me paraissait étrangement vide et en même temps peuplée d’ombres et de menaces.
    Pour rien au monde je ne serais descendu au rez-de-chaussée.

    Jean CABANIS

     

    L’ami des arbres

    Partout où j’ai vécu, j’ai planté ou semé des arbres. Dans les jardins le long des routes, des chemins, des rivières et des canaux, en bordure des champs labourés et des pâtures, sur les communaux, en lisière des forêts… Partout, vraiment partout, pour la seule joie que procure l’espérance.

    Bernard CLAVEL

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique